Aujourd'hui dans mon sac il y a..

  On leur avait dit les pins parasols. On avait promis le Colisée et une glace chez Giolitti. On s'était dit:  on lévera la tête vers le plafond de la Sixtine, on pensera à Audrey Heyburn à la bocca della verita , on passera un moment assis  au soleil sur les marches de la place d'Espagne. On disait Trastevere, Via margutta, Via Condotti, un cappuccino  à la Tazza d'Oro les églises, les fontaines, la place Saint-Pierre , Ostia Antica.Le voyage avait commencé avec l'année, on avait soigneusement barré les semaines, puis décompté les jours.On avait oublié l'hiver en pensant à la fontaine de Trévi . On s'était imaginé là-bas tous les quatre,on voyait déjà, émus,  leurs yeux émerveillés . On avait rêvé des photos que l'on prendrait, d'un pique nique dans le parc Borghese , on avait lu et relu les guides posés sur nos tables de nuit,  relevé des adresses, reservé dans un joli endroit, déssiné sur les cartes des parcours,  regardé des documentaires. On avait éloigné ce qui pèse avec la perspective pleine de soleil et d'ailleurs de ces quelques petits jours dans les rues de Rome. On a voulu y croire jusqu'au dernier moment , esperer que ce qui avait tant compté  ne nous claquerait pas dans les doigts comme ça, d'un souffle, bêtement,  à cause d'un méchant volcan islandais.Mais ce matin nous ne sommes pas partis, on reste là, un peu désemparés, un rêve un peu trop lourd sur les bras ....

Découvrez la playlist Rome avec Étienne Daho